Téléportation composite n°2

installation plastique poétique et sonore

 

concepteur : Alain Joule

 

Téléportation composite n°2

installation

 

Hier aujourd’hui
et demain
accrochent leurs traces
aux épines du temps

...un arbre jailli de la
terre en attrape les signes,
vestiges de rituels passés
et à venir
l'eau presque absente
en cet endroit
suffit pourtant
a générer sa force
dans un mouvement
continu il s'élève impassible
cherchant le ciel
...une mémoire d'éternité

 

Un mur de roncier sorte d'ikebana démultiplié retenant les empreintes des rituels passés
300 x 400
diffusion d’une vidéo au format du mur projetée de face (balcon) l’image traverse et accroche quelques traces
sorte d’écran multiple aux dimensions diverses,
travailler la matière (rhodoïd, verres, surfaces claires, photographies…)
les tiges sont éclairées par le bas par des petits allogènes mettant en relief l’architecture du roncier géant

la vidéo est faite d’une mutation permanente entre l’eau une cascade, le feu, une pluie de sable,
une forêt de bambou qui se courbe
sous un fort vent et une foule (peut-être la rue d’Aubagne en période de suractivité ou le métro marseillais
aux heures de pointe (le passage urbain peut-être filmé au ralenti)

5 toiles photographiques autour de 80 x 120  et 100 x 100 (100 x110)
les photos sont retravaillées avec l’élément idoine
elles sont éclairées comme de l’intérieur d’un cadre presque invisible permettant un revêtement plexiglas ou verre

le sol est traité comme un reflet des éléments avec une piscine du sable un mobilier sommaire brûlé dont un piano