OtherWise
Collectif Art et Politique



 
 


Le monde brûle, les marchés dictent leur loi, les états courbent le dos et nous, pauvres humains
trimbalés au grè des courants, perdons chaque jours un peu plus de nos valeurs fondamentales qui
font de nous des "Hommes"...

Le siècle dernier a fait la preuve de l'inadéquation des grandes utopies communistes qui ont
reproduit dans un ordre différent les systèmes qu’elles combattaient... En ce début du XXIe siècle
on assiste à la chute toute aussi inévitable du système capitaliste et libéral.. La surconsommation
et le pouvoir grandissants, des faiseurs d'argent précipitent le monde dans le chaos...

Mais l'histoire montre que l'humain à toujours su devant l'adversité, trouver la parade, rebondir
et proposer d'autres voies, d'autres pistes, d'autres systèmes encore inexplorés...

Le collectif OtherWise propose une autre voie : L’art comme vecteur d'une nouvelle
organisation de la cité...

Sans prétendre changer le monde, notre proposition apporte quelques pierres pour la
construction d’un autre
édifice qui pourrait permettre l'élaboration d'un commencement
de changement radical.

Il s'agit d'implanter à l'échelle de la Ville, un laboratoire permettant l'avènement d'une
circulation différente des idées : communication, échanges, partages…

Apprendre à vivre ensemble dans la valorisation de nos différences ...

Un ensemble d'œuvres, catalyseur d'idées et d'énergies neuves reliées entre elles et irriguant
l'ensemble des champs sociétaux (lieux de cultes, usines, entreprises, maisons de retraite,
hôpitaux, banques, lieux de transmission des savoirs, administrations...)
montre le chemin.

 
     
 

Téléportation composite n°4
Inter-sociétale

 


L'art au service d'une autre communication.

D'autres réflexions et d'autres actions pour l'organisation de la cité.


Mettre en relation télépoétique (plastique, sonore et textuelle) un ensemble hétérogène
de lieux représentatifs de la cité occidentale, à la lumière de sa culture et de son histoire, et,
le maintenir en rapport permanent avec d'autres réalités, d'autres temporalités

comme celles présentées dans des cultures différentes (Afrique, Asie…), cultures que notre société à
travers la civilisation dont elle est
issue, a essayé à un moment de son histoire d’influencer
voire de soumettre (colonialisme).


Ce projet fonctionnera comme un laboratoire extensible proposant à travers l'œuvre d'art une
participation et un engagement capables de donner à tout un chacun une place active dans un processus
d'organisation sociétale ambitieux.


Pour cela il est nécessaire de se souvenir d’où l’on vient -comme le disent les astrophysiciens :
nous sommes tous descendants du soleil-, afin d’appréhender nos différences comme des richesses
nécessaires à une évolution positive de nos vies, dans le respect de l’environnement,
dans la conscience de tout ce qui est.








... Nourri de traces de vies passées, retournées à la matière, convoquant la mémoire
pour s’engager sur une voie nouvelle, pour un nouveau partage.

“…Mes frères les arbres, mes sœurs les pierres …» disait en son temps le poète russe
Vélimir Khlebnikov.



Dans une organisation sociétale, il est fondamental que l'humain puisse à plusieurs moments
de son existence
choisir. Cela sous-tend qu'il est impératif qu'il soit en mesure de le faire.
On choisit ce que l'on connait, on peut choisir parfois d'emprunter la voie
d'une relative découverte, mais on ne choisit jamais ce dont on ignore l'existence.



Le médium :


Une œuvre d'art protéiforme, évolutive, irriguant les champs principaux de la sensibilité sonore
et musicale, visuelle (installation, art visuel...) et textuelle, (de la pure pensée jusqu’à la poésie).

Il s'agit de proposer un ensemble d'installations artistiques multi-médium, autonome
et complémentaire de type
Horloges Cosmiques (voir rubrique installation) mettant en rapports
vibratoires
la Mison de la Télépoésie à Robiac (Gard/France) avec quelques villes comme
Marseille, Nantes, Dakar (La Maison des esclaves à Gorée), Montréal, les îles de la Madeleine
et Circé (Cananda), Los Angeles, San Francisco, la Nouvelle Orléans, Kyoto, Shangai et Bogota.


Ces œuvres sont appelées œuvres mères.

Ce sont des œuvres plastiques, poétiques et sonores, autonomes et complémentaires.
Réunies, elles forment un tout cohérent, une autre entité, elles-mêmes connectées à d'autres
entités, semblables placées dans d'autres pays sur d'autres continents.

Une autre forme de communication avec la différence comme vecteur d'enrichissement mutuel.



Panel des lieux pensés pour les cités occidentales :


Lieux de spiritualité : Lieux ou anciens lieux de culte, consacrés ou non...

Lieux d'enseignement : écoles, collèges, lycées français et internationaux, universités...

Lieux sociaux : maisons de retraite, hôpitaux…

Lieux administratifs : mairies, tribunaux, préfectures…

Lieux industriels et commerciaux : entreprises, banques, usines...


Exemple de fonctionnement :

Il va de soi, que le projet devra s’adapter et s’inspirer de la réalité des cultures des pays
dans lesquels il sera réalisé.

Lieux de spiritualité

Pour l’Europe en rapport avec les offices du tourisme :

Résonance Chapelles

Réunir trois chapelles Romanes


Les chapelles Romanes sont nombreuses(consacrées ou non). Elles représentent les lieux
de rassemblement de pratiques rituelles qui ont été le lien, l’exutoire et l’exaltation mais aussi
quelquefois le ferment de notre Civilisation. Ces chapelles étaient construites en des lieux
particuliers permettant le recueillement dans l’écoute des énergies de la nature.
Aujourd’hui, elles sont devenues des vestiges, quelquefois des monuments historiques
mais sont restées des lieux importants de mémoire.


Il s'agit d'implanter une œuvre mère dans chaque chapelle.

Les chapelles se visitent comme une même exposition-installation répartie en 3 lieux
géographiquement éloignés.

Dans chaque chapelle la démarche est clairement expliquée, permettant aux visiteurs
d'accéder s'ils le souhaitent aux deux autres chapelles qui renferment la complémentarité
des œuvres ou de l'œuvre que le visiteur est en train de contempler (plans détaillés
accessibles pour la visite des 2 autres modules).

Les œuvres réparties sur les trois chapelles sont autonomes et complémentaires
tant visuellement, que musicalement et que textuellement.


Elles représentent le côté méditatif de Téléportation composite n°4.


Lieux d'enseignement

Lieux de transmission des savoirs Écoles, collèges, lycées, universités



Ces lieux alimentent la réflexion sur la perspicacité du système mis en place :
correspondances poétiques intergénérationnelles, partition des solitudes
(voir horloges cosmiques site http://alainjoule.com), relevés urbanophoniques,
écoute et utilisation des sons de la ville, création musicale électroacoustique,
relevés de traces plastiques, sorte d’archéologie urbaine permettant par accumulation
et agencement de nourrir l’œuvre mère en perpétuelle recomposition.


Des rituels télépoétiques sont organisés en amont et pendant le temps d'exposition.
Les traces recueillies pendant ces rituels circulent sous forme d’offrandes, irrigant
l’ensemble de l’œuvre.


Exemple d’utilisation pédagogique en direction des enfants des écoles.

Questionnement sur les sens, une perception comparative impliquant
une participation active

  1. Ecriture de poèmes ou de chroniques sur le thème de l’installation.

  2. Mise en place d’une stratégie collective pour les offrandes: collecter des traces
    de vie sociale, sorte d’archéologie urbaine (lors d’une sortie de la classe par exemple).

  3. Rencontre avec les concepteurs et/ou les responsables pédagogiques, dans le cadre
    de classes culturelles, voire d’ateliers de pratiques artistiques, ou encore d’une manière
    plus libre comme je l’ai fait avec certaines classes durant le projet
    des Horloges Cosmiques

  4. Visiter les enfants dans leurs classes pour les informer de l’évolution du projet, leur apporter
    des éléments écrits ou plastiques, leur apprendre à voir ces traces plutôt qu’à les regarder,
    questionner le sens, la forme, le matériau, prendre conscience du pouvoir de l’interprétation
    d’un texte en fonction de son intonation, de l’importance de la place des accents, de la charge
    émotionnelle de la voix par rapport à la qualité du timbre utilisé. Leur montrer qu’en maîtrisant
    ces paramètres, on peut entièrement changer le sens d’un texte ou en faire entendre les
    multiples sens cachés : explorer le mot dans son
    son/sens (techniques utilisées notamment
    dans certaines poésies de bouche).

  5. Solliciter leur participation active sur le plan plastique. Travailler par exemple comme
    un atelier d’art brut à partir des objets proposés et/ou apportés par eux etc…


Lieux sociaux

Maisons de retraite, hôpitaux…


Ils sont mis en relation avec les écoles. Les enfants interviennent et enregistrent les anciens.
Ils rédigent ensuite des portraits poétiques de leurs ainés.

Une exposition de l'ensemble des portraits sera organisée dans la maison de retraite ou
hôpital en fin d’année scolaire.

Les portraits poétiques seront valorisés. Ils pourront être installés sur les portes des chambres
ou à l'intérieur de celles-ci.

Les correspondances poétiques entre enfants et anciens (dans le cadre des maisons de retraite)
s'étalent durant toute l'année. L'exposition est installée en juin et reste présente pendant l'été.

Création d'émissions radiophoniques mensuelles sur ces correspondances.

Les émissions engendrent des miniatures multimédia disponibles sur internet

Après quelques séances de préparation:

Une mise en relation entre jeunes et aînés auront pour objectif l’échange sous la forme
d’interviews enregistrées puis écrites - sortes de chroniques du temps qui passe,
les jeunes apprenant des “anciens” et inversement – occasion de transmettre les coutumes
ancestrales considérant l’ancêtre comme une somme de connaissances singulières,
un
dictionnaire vivant, en tout cas quelqu’un disposant du recul nécessaire pour analyser les choses
de la vie avec sérénité (dans de nombreuses cultures, l’éducation des enfants est confiée aux anciens).

Organiser des circulations poétiques privilégiées entre la maison de retraite et les établissements
scolaires comme :


-exposition itinérante mettant en espace poétique, plastique et sonore différents lieux
spécifiques comme : chapelles, salles de classe, ou divers bâtiments de la commune qui feraient
ainsi partis d’un itinéraire artistique, l’ensemble de ces lieux constituant la promenade,
autonome et complémentaire.


-correspondances privilégiées :

Réalisation de portraits multi-médiums de certains anciens qui seraient diffusés
sur internet, sortes de mémoires poétiques individuelles.


Nb : ce travail d’atelier doit se faire avec la participation active du personnel encadrant
des maisons de retraite et avec le concours d’animateurs de terrain particulièrement
motivés et d’enseignants.

Lieux administratifs (mairie, tribunal préfecture…)

Horloge Cosmique




Placer une œuvre mère dans un lieu symbolique administratif, la salle des mariages
ou la salle de réunion du Conseil Municipal par exemple.

Cette œuvre pourrait avoir la forme d’une peinture-sculptée, implantée
de haut-parleurs dissimulés en son sein et diffusant une série de miniatures
musicales, sortes
d’orchestrations cosmiques reliées à l’ensemble des œuvres mères.

On retrouvera des bribes de poèmes, des masses vocales et orchestrales résonnent
toutes les heures, le son se propage comme une vibration essentielle qui semble sortir
de l’œuvre et lui donne vie.

La brièveté de la miniature musicale diffusée (environ 30 secondes), permet à peine de la localiser.
Elle entraîne l’auditeur dans un véritable questionnement.

Qu’est-ce que le son? D’où vient-il et où va-t-il? Engendre-t-il la vie ou est-ce elle
qui engendre le son?

Les mots se mêlent, recomposant des langages multiples, sortes de poèmes en perpétuelles
évolutions… La musique des mots devient
Musique

Le volume de ses «sonneries musicales» est calculé pour que «l‘auditeur» 
mette un moment à en identifier la source…C’est un peu comme si la peinture
prenait son, essayant de dire, de transmettre une étrange musique… Le temps
que les personnes présentes s’en rendent compte, elle a déjà disparu, nous ramenant au silence…


Si en tant qu’auditeur résidant ou de passage j’assiste à ce phénomène, pour peu qu’en amont
ou en aval on m’ait donné accès au concept qui régente l’œuvre (c’est à dire que ce que je regarde
et entends est un fragment autonome et complémentaire d’une œuvre globale qui se propage
dans le monde), il y a de fortes chances que ma réflexion en demeure changée, conscient
qu’il est possible sans se connaître d’être réunis pour participer à un acte collectif
en apparence gratuit, mais qui en y regardant de plus près nous permet de valoriser nos différences.

Donc, pourquoi pas une autre forme de communication basée sur l’échange et le partage
de nos singularités, au service d’un projet collectif?

C’est une autre façon d’envisager la citoyenneté.

Lieux industriels, financiers et commerciaux

Entreprise, commerces..

Exposition sonore /Un lieu pour rêver

Installation d’un lieu de recueillement poétique dans l’enceinte de l’entreprise


Implantée plastiquement et diffusant par programmateurs des environnements musicaux
et textuels spatialisés, cette installation réunira les écrits réalisés par les participants aux ateliers
organisés en amont lors de séminaires d’entreprises par exemple ainsi que les productions
des autres œuvres mères : Lieux de transmission des savoirs, Résonance Chapelles, etc


Les œuvres plastiques implantées dans le lieu sont mises en lumière. La partition lumineuse
est synchronisée à la partition sonore, elle propose au regard et à l'oreille une œuvre globale
en perpétuelle évolution.

Les visiteurs, ici les employés de l’entreprise ont la possibilité de se promener, de s’asseoir,
voire de s’allonger, de jouir du temps nécessaire à la méditation, au repos de l’esprit,
de plus, ils peuvent laisser leurs propres empreintes, sous forme d’écrits ou
d’offrandes matérielles à l’intérieur de l’exposition, un espace plastiquement préparé
étant prévu à cet effet. (“Exposition dans l’exposition".)

entrer en fragilité, en solitude positive c’est atteindre l’état qui nous permet
d’être plus créatif plus productif plus communicatif

Nécessité d’un lieu de recueillement actif

Gérer son temps de visite, d’écoute, de réflexion, de repos, d’actions réactives
(écritures, dessins, décision de revenir avec un objet particulier, [ma réponse]...),
en choisissant son propre parcours au sein de l’installation sonore spatialisée, «le visiteur» 
agit sur l’orchestration musicale et lumineuse en favorisant telles sonorités par rapport
à telles autres, tel éclairage, du fait même de la disposition des enceintes, du système
d’éclairage, des œuvres et du caractère multipistes de la diffusion (chaque enceinte émettant
des sons différents comme s’il s’agissait d’autant de petits ensembles musicaux répartis
dans tout l’espace). De plus, des capteurs de mouvements réorganisent en permanence
l’orchestration sonore et lumineuse en fonction du positionnement du «visiteur».

Celui-ci, par ailleurs, organise sa propre écoute en fonction de son regard: attiré par une peinture,
il se rendra compte, en s’en approchant, que l’environnement sonore a changé… Il pourra
également s’asseoir où il le désire (mise à disposition de petits pliants), voire s’allonger
(tissus, coussins), fermer les yeux ou au contraire être en perpétuel mouvement.

La possibilité d’emporter un poème, de laisser une trace en échange (écriture d’un autre
poème ou simple réaction, phrase, mot, chronique, dessin...), de revenir pour installer un objet
(offrande plastique) ou tout simplement pour se promener, déambuler, ou se recueillir,
place le «visiteur» dans une position active et lui propose une autre approche de l’œuvre d’art.




Prélude

Pendant les mois précédant la mise en place de l'installation, des séminaires spécialement
adaptés à l’entreprise seront organisés afin de préparer l’ensemble des participants à une autre
approche de la créativité collective.

Un travail pour atteindre l’état permettant de pratiquer l’improvisation collective où chaque
participant est au service du groupe, où il est sans cesse «propositeur» tout en répondant
aux propositions des autres. C’est une création collective en temps réel préparant
l’avènement du «groupe-individu».


Les traces textuelles, plastiques voire sonores de ces séminaires peuvent participer
à la communication de l’entreprise à travers une charte graphique, création d’une série
de cartes de visite ou de logos en utilisant les techniques de cribles par exemple.
On peut bien sur imaginer des médiums plus sophistiqués comme clips publicitaires,
logos vidéo, logos sonores, etc.

Ce lieu de recueillement actif peut être relié à d’autres lieux similaires implantés
dans d’autres villes, d’autres pays, permettant à des personnes ne se connaissant
pas de communiquer entre elles par l’intermédiaire du vecteur poétique.


Les productions textuelles, graphiques, sonores ou vidéo peuvent aussi sur décision
de l’entreprise circuler régulièrement de lieux en lieux
sous forme de cadeaux.
Un principe d’offrandes selon le schéma:
donner/recevoir sans forcément savoir
à qui l’on donne et de qui l’on reçoit, créant ainsi le principe des
Circulations Poétiques.