écriture ferroviaire… ensemble de textes poétiques réalisés pour le projet « train de  culture » 
      une interrogation sur le voyage à la rencontre d’une  culture inscrite dans les strates du temps 
             et dont le chant du train révèle les stigmates cachés  dans  la  mémoire du bassin houiller alésien  

  triptyque    voyage n°1  / suite et contrepoint à 3 voix                                                                                alain joule/résidence féroviaire    
l’entrée en gare
          
                                    
        
   



1 le train       défie là       ses    sens       ce      poème    
2 des mots         lisse en sang       dérisoire   l’essence     en    dépôt  
3   démo    gare     en  son      propos      dépose         

 

   
 
 
 
1   aime encore        le va-et-vient     dû    tranquille 
2 où        les wagons     contraint     
3 les   peaux    sur   du temps       voyageur

                                                              

   
 
 
 
 
1 l’acte       à nouveau   sur        le regard
  impriment les marges      dilatées     de verre    
3 d’amour   en chemin        des tableaux    qui bornent  
 
 
 
 
1 nous fait autre    la scène       d’illusion     
2 chaque instant       se dérobe        nous invente
3   dans la course mentale     la force   où les yeux  

 

1 rassemble      des fragments      dociles        déportés
2    une image    de lumière      un vide   
3 en           recomposant    sans cesse

 

1      dans             la fuite   rayant le ciel
2 qui ne reconnaît   que    l’entrée   ce coup d’arrêt    sur      
3 la perte       en gare    s’inversent      marqués au fer   d’un cri

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

                                                                                      ...l’entrée en gare

 

  lecture en suite 
 
  le train défie là ses sens
  ce poème aime encore le va- et- vient 
  dû tranquille
  l’acte à nouveau sur 
  le regard nous fait autre
  la scène d’illusion rassemble des fragments dociles
  déportés dans la fuite rayant le ciel
  des mots lissant
  sang dérisoire
  l’essence en dépôt 
  où les wagons contraints 
  impriment les marges dilatées de verre
  chaque instant se dérobe
  nous invente une image de lumière
  un vide qui ne reconnaît que l’entrée
  un coup d’arrêt sur...
  démo gare
  en son propos dépose les peaux
  sur du temps voyageur d’amour 
  en chemin 
  des tableaux qui bornent
  dans la course mentale
  la force où les yeux
  en recomposant sans cesse la perte 
  en gare s’inversent 
  marqués au fer d’un cri
 
 
 
  lecture contrapuntique 
 
  le train des mots démo défie la gare lisse 
  encensé en son sens dérisoire propos 
  l’essence se dépose en poème dépôt 
  où les peaux aiment encore sur les wagons du temps 
  le va-et-vient contraint du voyageur tranquille
  l’acte d’amour imprime les marges en chemin
  à nouveau dilatées sur des tableaux de verre qui bornent le regard
  chaque instant nous fait autre
  dans la course mentale la scène se dérobe
  la force d’illusion que les yeux nous inventent  
  rassemble en une image 
  les fragments de lumière docile 
  recomposant le vide sans cesse déporté 
  et qui ne reconnaît sa perte 
  que dans l’entrée en gare 
  ce coup d’arrêt sur la fuite 
  marqué au fer rayant le ciel d’un cri